La lampe de Chevet

Les auteurs parlent entre eux, infos et jeux littéraires.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Je me présente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Je me présente   Dim 12 Avr - 20:55

Je m'appelle Zouhir. J'ai 44 ans. J'ai toujours cru que l'histoire est faite par des hommes (au pluriel). Ma passion est de faire partager les plaisirs de la vie avec l'autre quelle que soit sa couleur ou celle de ses idées.
C'est le premier forum auquel je m'inscris espérant etre le bienvenu.
J'ai commencé à écrire depuis mon jeune age. Mais il ya trois ans, j'ai commencé à sentir que le besoin de libérer les mots qui se bousculent à la porte de ma cervelle est aussi fort que n'importe quel autre besoin naturel. J'ai commencé alors à écrire sérieusement sans pour autant etre lu. J'ai d'abord écrit dans ma langue maternelle (l'Arabe), puis en Français. J'ai écrit des nouvelles qui sont en fait une réflexion sur la condition de l'homme à l'ère moderne caractérisée, à mon sens, par une inquiétante perte des repères. Mon souhait est de trouver un excellent espace d'échange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Dim 12 Avr - 21:09

:bonjour10:

Bienvenu parmi nous Zoh ! J'espère que tu te sentiras bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2261
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Dim 12 Avr - 21:36

Bonjour Zoh ! Bienvenue sur ce forum ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Elena
Prix régional


Nombre de messages : 448
Age : 72
Localisation : Poitou
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Lun 13 Avr - 6:53

:bienvenue3: Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elenagt.free.fr/site-ecriture/index.htm
claudy
Grand écrivain
Grand écrivain


Nombre de messages : 833
Age : 77
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Lun 13 Avr - 10:20

Bienvenue à toi, Zoh, j'espère que tu feras une très longue route avec nous sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-ciel-et-plume.chez-alice.fr
Maddy
Célébrité
Célébrité


Nombre de messages : 1164
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Lun 13 Avr - 23:52

Sois le bienvenu Zouhir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Mar 14 Avr - 19:32

Bonjour.
Je voudrais remercier tous ceux qui m'ont souhaité la bienvenue. Je viens de terminer mon premier recueil de nouvelles en langue française et je souhaiterais être lu par des gens plus expérimentés que moi avant de me faire éditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Je me présente   Mar 14 Avr - 20:52

Pourquoi "espérant être le bienvenu" ??
tu es le bien venu mon cher Zouhir.
j'aime lire les poèmes d'anciens auteurs comme les 7 Étendards par exemple.
C'est avec plaisir que nous lirons des extraits.
Bonne soirée et à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Mar 14 Avr - 22:11

Exactement Zoh, nous aurons grand plaisir à lire tes poèmes Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
claudy
Grand écrivain
Grand écrivain


Nombre de messages : 833
Age : 77
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Mer 15 Avr - 8:30

Oui Zoh, tu pourrais déposer une de tes nouvelles sur le forum et nous la lirions avec plaisir . Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-ciel-et-plume.chez-alice.fr
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Mer 15 Avr - 19:57

j'ai déposé six de mes nouvelles sur le site de l'association. Je serai trés ravi d'accueillir vos remarques et suggestions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Mer 15 Avr - 22:00

Non Zoh, ne t'y prend pas comme ça.

Fais-nous passer tes nouvelles une par une, et dans ce topic, là où nous sommes en ce moment.

Ce sera plus facile pour nous, pour te répondre.

N'oublie pas que nous sommes tous très occupés, et que nous ne pouvons pas rester 1h entière devant nos ordinateurs pour lire toutes tes nouvelles, alors que nous aurons plaisir à les découvrir une par une Very Happy

Donc, je te laisse choisir la première nouvelle que tu as envie de nous soumettre et de nous la proposer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Mer 15 Avr - 22:21

Merci Corynn pour tes conseils. Je te fais savoir que je suis également un nouveau internaute. Je suis dans la première phase d'apprentissage. Je mettrai à votre disposition une de mes nouvelles dès que j'aurais appris à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 9:31

Ce n'est pas difficile Zoh. Elle doit sûrement être écrite sur un traitement de texte, de type Word ou Works ou ce genre de chose. Bien. Tu la sélectionnes, tu la copies, puis tu viens ici, tu cliques sur "Répondre" et tu la colles cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 16:47

Le quai





Depuis
plus de deux heures, on est là à attendre le dernier train de la journée. Les
quelques passagers, champions de la
patience, qui ne se sont pas découragés et qui sont encore sur le quai,
attendent avec l'espoir que le train,
qui doit les emmener ailleurs, arrive enfin. Certains d’entre eux sont déjà
partis, étant convaincus que ce train n’allait pas venir. C’était déjà arrivé
plus d’une fois. L’atmosphère est tendue. Certains sont exaspérés. Quelques
voix s'élèvent de temps en temps pour revendiquer des explications qui tardent
à venir.


Un homme d’un certain âge est debout sur
le quai; il attend. A côté de lui, un autre, apparemment un peu plus jeune,
tient sa valise dans les bras; il la pose par terre, frotte les mains, puis la
reprend. Il regarde sa montre, puis se tourne pour s’assurer de l’heure en
scrutant, pendant un moment, la pendule
suspendue sur le mur derrière lui, fait une grimace et marmonne quelques injures
qui parviennent à l’oreille de l’homme à côté. Mais rien ne semble intéresser
celui-ci.


Le vent commence à souffler à
l'instant, vent glacé du nord en cette
fin de journée du mois de janvier excessivement froid cette année. Le ciel,
naguère parsemé de quelques petits nuages, est enveloppé maintenant de grosses
nuées qui annoncent une tempête imminente. Les passagers ont hâte de partir
avant la tombée de la nuit, mais la locomotive n'apparaît toujours pas.


Un petit vendeur profite du retard du train
pour écouler ce qui lui reste de sa piètre marchandise. Il sillonne le quai, de
long en large, pour proposer une cigarette à tel homme, un paquet de schwing- um
à telle femme ou essaye de séduire tel enfant avec une boite de gâteau pour
inciter ses parents à la lui acheter. Il passe devant l'homme à la valise. Celui-ci
lui fait signe d’approcher, prend une cigarette; l’enfant la lui allume.
L'homme lui donne une pièce; l'enfant fait semblant de chercher dans sa poche,
mais l'homme lui fait signe de garder la monnaie. Le vendeur est content; il
continue sa quête en chantant. L'homme à la valise tire une grande bouffée puis
l'expire en l'air. Une femme qui serre son bébé dans sa poitrine, le regarde
avec mépris. Elle ne semble pas apprécier son comportement peu convenable, mais
évite de protester. Irrité qu'il est, il pourrait déverser toute sa fureur sur
elle. Son voisin semble, lui aussi, dérangé par le
tabac; il tousse mais ne dit rien.


Il est encore là, debout, sur le quai,
impassible, ne s'occupant de rien ni de personne, attendant le train qui va peut-être
le libérer, le délivrer de son indécision. Il n'est pas sûr de vouloir partir.
Pourtant, en arrivant à la gare, son seul souhait était d'aller le plus loin
possible. La destination, ce n’était guère ce qui le préoccupait ; ce
qu’il voulait c’est partir, point c’est tout.


Sur le quai de la gare, ce lieu qui sépare
sa ville du reste du monde, cette frontière entre l’espace fini et l’infini,
entre son monde à lui et celui des autres, il parait serein malgré son anxiété.
Sa décision, il doit la prendre très vite, avant que le train n'arrive.


Dans
son esprit, les mêmes interrogations se dessinent, les mêmes inquiétudes
s’enracinent: "Vais-je quitter, à jamais, ma ville dont j'éprouve la
saveur de l'eau, respire l'odeur des jardins et sens l'haleine des vivants?
Cette cité dont je suis le gardien de la mémoire ? Cette ville que j'ai bâtie
avec mes mains, ce berceau de mon enfance, de ma jeunesse, de ceux qui m'aiment
et que je chéris tant? Cette source de toutes mes inspirations, de mes rêves,
de mon paradis dormant? Cette terre qui conserve mes racines depuis la nuit des
temps ? Dans chacune de ses rues, de ses places, de ses mosquées, de ses
cafés, j'ai un souvenir. Ma mère y est enterrée?


Vais-je aller loin pour ne
plus assister impuissant, au carnage de ma mémoire, au génocide perpétré sur ces
fleurs qui ornent les cœurs et les maisons, par ceux-là mêmes auxquels ce lieu
béni a donné la vie?


Vais-je prendre ce train pour ne plus me
sentir complice, par mon silence, par ma
passivité, de ceux qui sévissent dans ma cité? Pour ne plus traîner avec moi,
dans le plus profond de mon âme, ce sentiment de faiblesse, d’impuissance,
d’infidélité.


Je me sens, à présent, déchiré, déchiqueté
entre ses deux volontés qui occupent chacune une partie de moi: partir et me
sentir, pour le restant de ma vie, lâche, fuyard, déserteur; ou rester et avoir
ce sentiment de culpabilité de tout le mal que subit ma cité?"


Prendre le train, il n’y a jamais
songé auparavant. Mais le jour où ses disciples pour lesquels il a consenti
tant d'efforts, rêvant qu'un jour ils feraient de sa cité l'éden de ses rêves.
Le jour où ses disciples devinrent serviteurs de ceux-là mêmes qui furent les
champions du mal, ennemis de la vertu ; le jour où ceux à qui il a appris à planter des
fleurs dévastèrent les jardins de la ville, ce jour-là, tous ses rêves se sont
évaporés et il prit le chemin de la gare sans bagages ni rendez-vous.


La locomotive apparaît enfin. Quelques
gestes de soulagement ça et là. Le train s'arrête. Les passagers montent. La
machine repart. Lui, il est encore là, sur le quai de la gare attendant le
train prochain!



Le quai se vide de ses passagers. La neige commence à tomber à l'instant. Un
froid glacial s'abat sur la gare. On n'entend plus que le sifflement du vent
qui se joue des quelques arbustes plantés çà et là. La nuit n'a jamais semblé
aussi noire ni aussi mélancolique. Seule une petite lueur timide provenant de
l'abat-jour de la cabine du chef de gare
défie l'obscurité de la nuit pour laisser entrevoir la silhouette de l'homme
encore debout sur le quai de la gare…


Le lendemain, les premiers passagers seront
secoués par des cris de stupeur. Une vieille dame se fait attirée par l'attitude
anormale d'un homme immobile sur le quai, debout, dos au mur. Il a le visage
plein de neige et le regard figé ; on dirait un portrait de glace. Le chef
de gare est interpellé par les cris de la vieille dame. Et, voyant que l'homme
ne lui répond pas, il tente de le
secouer, et l'homme s'effondre de tout son poids sur le sol enneigé.


Les autres
passagers ne semblaient pas trop s’occuper de l’homme, pensant à l’un de ces vagabonds
qui préfèrent s’exiler dans ce genre d’endroits loin des regards inquisiteurs Ils
commencent maintenant à s'attrouper autour du défunt gisant sur le sol. Un curieux s'approche de la dépouille:


-Le malheureux! Il est peut-être
mort de soif!


-Mais non! réplique un
autre, mourir de soif par ce temps!


- Mon dieu ! Il aurait
succombé au froid!


Un
homme, la quarantaine, scrute le visage du défunt allongé sur le quai et
murmure avec une certaine amertume: «Je sais ce que la passion peut être
dévastatrice. Je vois dans le visage de cet homme les séquelles de ce typhon
qu'est l'amour perdu. C’est hélas, une autre victime de la passion!"


Le chef de gare est très touché par le
spectacle désolant du corps inerte de l’homme, entouré de ces gens qu’il
considère d'un air accusateur. Il essuie le visage de l’homme recouvert de
neige. Une profonde tristesse s'empare de lui et envahit son visage. Ses yeux
débordent de larmes, puis il s'efforce d'articuler des mots qui semblent s’accrocher
aux parois de son gosier:" Je reconnais cet homme, je l'ai remarqué depuis hier sur le quai et je peux affirmer qu'il était
différent des autres passagers. Il a passé des heures à attendre le train. Et à
chaque fois qu'un train arrivait, il était encore là à attendre le suivant. Et quand
je me suis fait relever par mon collègue du soir, il était encore là. Je crois que je comprends tout maintenant: il
est mort de soif, de froid, de passion, de déception, de fureur…"


Et, essuyant ses larmes, l'homme s'en va
laissant derrière lui des passagers qui sont de plus en plus nombreux à
s’agglutiner autour de la dépouille mortelle, et le spectre de la nuit descend.


Le
lendemain, les gens liront dans la rubrique des faits divers:" Un homme se
suicide sur le quai de la gare."


Le chef de gare qui vient de lire l'article constate
avec beaucoup de déception:"Adieu mon frère inconnu. On t'a tué deux fois
mais tu seras toujours vivant !"





30 /04/2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2261
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 18:22

C'est un très beau texte, Zoh. Je suis épatée par la maîtrise que tu as de la langue française. Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 19:11

Oui, moi de même Zoh. Félicitations, vraiment ! De plus, tu as parfaitement réussi à nous garder en haleine tout le long de ton histoire, ce qui n'était pas évident, car, par définition, il ne se passe rien quand on attend un train qui n'arrive pas. Chapeau bas, monsieur !!! Bravo cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 22:16

Je suis très content que vous ayez aimé ma nouvelle. Je commence maintenant à être trop ambitieux en voulant lire ce que vous produisez et me comparer à vous. ha!ha!ha!
En attendant je vous envoie une deuxième nouvelle relativement courte et un peu drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Jeu 16 Avr - 23:34

Le photographe


- L'autre jour, j'ai eu une discussion avec cet homme. On dit que c'est le meilleur photographe de la ville; mais à mon sens, tout le monde se trompe à son compte. Il a tout de quelqu'un qui a perdu la vue ou peut-être même la raison. Sinon, comment expliquer que, ce jour-là, en arrivant dans son studio pour récupérer mes photos, j’ai eu
droit à celles d'un autre qui ne me ressemblait pourtant en rien? Je lui ai
fait remarqué que les photos qu'il venait de me remettre n'étaient pas les
miennes, mais il n'a rien voulu savoir, ironisant même que je voulais peut-être avoir celles
de Brad Pitt ou de George Clooney. J'ai bien examiné les photos, et je ne
pouvais tout de même pas être l'ogre photographié par le vieux Salem: de longs cheveux crasseux qui semblaient être
posés indifféremment sur une tête presque aussi grosse que celle d’un bœuf. Un
front rentrant dans lequel on a percé deux petits trous qui se prétendaient
être des yeux , garnis de sourcils menaçants. Un nez disproportionné,
proéminent et busqué, qui occupait l'essentiel du visage avec deux narines
épaisses qui étaient plutôt l'entrée et la sortie d'un labyrinthe. De larges
lèvres retroussées par des dents mouchetés où la carrie semble avoir commencé à
faire des ravages depuis de longues années.. Une gencive enflée et rougeâtre
dans laquelle les dents ne tenaient qu'à un fil. Voilà le portrait de la
personne que le vieux photographe a voulu que je sois. Une odeur répugnante transperçait
les limites de la photo pour venir envahir l'espace du studio.


Salem m'a fait remarquer que
le monstre sur la photo portait le même costume et la même cravate que moi.
J'ai répondu que oui, mais que je n'avais tout de même pas perdu la raison pour
ne pas reconnaître mon propre portrait.


Une semaine auparavant,
j'avais reçu une invitation pour une fête de mariage qui allait se tenir une
quinzaine de jours plus tard dans un somptueux hôtel. Il était impératif de me
présenter à cette fête qui devait réunir quelques personnalités importantes ;
une aubaine que j'attendais voilà des années et que je devais impérativement
saisir. J'ai vite fait d'aller chez un ami qui tenait une boutique au
centre-ville et qui était connu pour ses vêtements de luxe. Je me suis payé un
très joli costume noir de marque et une belle cravate rouge à fleurs. Mon ami
m'a d'ailleurs gratifié d'un petit: «Tu es l'homme le plus élégant de la
planète."Il m'a fait savoir que le costume qu'il venait de me proposer arrivait
directement d'un grand magasin parisien et m'a assuré que, jamais, une autre
personne de la ville n'avait porté pareille merveille.


Certes, le monstre de la
photo portait la même veste et la même cravate. J’en fus surpris un moment, mais ça ne pouvait pas être moi, parce que moi,
je suis très beau, je le sais, et je sais aussi que la technologie est capable,
de nos jours, de faire des miracles. On peut, par exemple, mettre la tête de
tel sur le tronc de tel autre. On est capable aujourd’hui de tromper l’œil en
s’adonnant à des jeux peu scrupuleux. Ce pouvait justement être le cas avec cet
homme. Je ne suis pas le premier venu et je ne peux pas être dupé aussi
facilement. Je l'ai d'ailleurs dit au vieux photographe qui m'a répondu avec un
petit sourire moqueur: "Qui t'as dit que tu étais beau? As- tu pris la
peine de te regarder dans un miroir? "


Ce vieil imposteur ne pouvait
certainement pas me vexer avec de telles insinuations. Et, d'ailleurs ma mère
m'a toujours appelé "mon beau petit!". Je ne me souviens pas qu'une
seule fois, on m'ait dit que j'étais moche. Certes, j'ai toujours été l'enfant gâté
des"Radouani" que personne n'osait contrarier, le jeune homme riche
et puissant que les hommes craignaient et que les jeunes femmes désiraient,
mais il devait y avoir au moins une personne parmi tout ce monde qui aurait osé me dire que j'étais moche si
je l'avais été réellement…Non, c'est impossible!


Je pensais autrefois qu'il y
avait des imposteurs parmi les photographes; maintenant, j'en ai la conviction.
On m'a dit que les photographes étaient des artistes capables de traiter
l'image et de la rendre plus jolie que ce qu'elle est réellement. Mais on m'a
dit aussi que certains d'entre eux étaient des imposteurs capables de manipuler
l'image à leur guise. J'en conviens à présent que c'est vrai.


Certes, nous n'avons jamais
possédé de miroir chez-nous. On m'a toujours appris que le miroir était un
objet du diable et qu'il convenait, partant, de l'éviter. Je ne me suis jamais
regardé dans un miroir, mais je sais que je suis beau. On me l'a toujours dit
et je n'ai nullement besoin de voir mon portrait dans ce joujou du diable pour
me le prouver. Et, ce ne sont surtout pas les mensonges du photographe qui vont
m’insuffler le doute.


Salem s'est absenté un moment
avant de revenir avec une glace à la main. Il m'a invité à y contempler mon
beau portrait, chose que j'ai naturellement refusée parce que cela allait à
l'encontre de mes convictions et croyances; et puis, je ne voulais pas être
manipulé par une aussi ignoble personne.
D'ailleurs, tous les miroirs sont des menteurs et ne reflètent jamais la
réalité. Et je viens de me rendre compte que tous les photographes sont aussi
des menteurs et des criminels qui méritent la mort, et surtout le vieux Salem.
Voilà, monsieur le juge, pourquoi je l'ai tué!


-Par tous les pouvoirs qui me sont conférés, je
décrète ce qui suit:


Art 1: Le métier de photographe sera reconsidéré par la loi, et tous les
photographes seront considérés, à compter de ce jour, comme des bienfaiteurs
méritant respect et haute considération.


Art 2: les miroirs seront élevés au rang d'objets sacrés, et sera punie
par la loi toute personne ne possédant pas
un miroir chez-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2261
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Je me présente   Ven 17 Avr - 13:21

Tu as un imaginaire vraiment particulier, Zoh... J'aime beaucoup ce que tu écris parce que, derrière la facilité apparente de la lecture, se cachent de profondes leçons de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Ven 17 Avr - 14:01

Merci Camylène. J'en suis flatté. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Ven 17 Avr - 19:21

Voilà donc un juge bien sage ! Very Happy . Quel dommage qu'ils ne le soient pas tous ainsi...

Bravo Zoh ! Tu as une facilité d'écriture qui est déconcertante. Ta plume glisse et fait des descriptions tellement légères qu'on en oublierait presque qu'elle décrit des choses dramatiques. Et pourtant, on sourit, on s'amuse avec toi... jusqu'au point final qui nous ouvre la porte du drame.
Tu es très fort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Ven 17 Avr - 22:31

Tes compliments m'encourage à aller de l'avant Corynn. Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kd_zoh
Elève
Elève


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Je me présente   Ven 17 Avr - 23:53

voilà une autre nouvelle et c'est du vrai fantastique ça:






L’ombre de la nuit





La
psychose règne dans la ville. Jamais pareille nouvelle n'a eu tant d'effet sur
la population ni circulé avec une telle célérité. Ce qui n'était, il y a
quelques jours, qu'une information banale, un fait divers ordinaire, est devenu
aujourd'hui la préoccupation majeure de tous les habitants de la ville. Les mêmes propos sont repris par toutes les lèvres:"l'ombre de la
nuit". Les gens ne parlent que de cela: de cette ombre qui hanterait les
rues à la tombée de chaque nuit. Certains affirment l'avoir rencontrée et s’estiment
heureux d’avoir survécu à sa hargne fatale.
D'autres parlent d'une ombre dont la taille est impressionnante atteignant,
selon des témoignages, des proportions inimaginables. D'autres encore nient
avoir vu la créature, mais affirment avoir senti sa présence et parlent d'un
frisson qui traverse tout le corps à l'idée de se trouver dans le périmètre de
l'ombre maléfique.


Personne n'ose
s'aventurer dehors à partir de l'heure du crépuscule. Les portes et les
fenêtres sont soigneusement scellées. Les gens sont terrifiés même dans leurs
demeures. Ils craignent le pire. Tout peut leur arriver, à n'importe quel
moment, même barricadés à l'intérieur des murs. Nul n'est à l'abri, nulle part.
Même les gens les plus armés ont peur. En effet, ils ne sont pas sûrs que leurs
armes puissent leur être d'une quelconque utilité.


A l'origine de toute
cette psychose, deux horribles assassinats.
Il y a quelques jours, un homme a été sauvagement mutilé. Il a été décapité, ses
membres amputés, ses yeux et ses oreilles arrachés avec une horreur inouïe; Le cadavre avait à peine
l'apparence humaine.


Une semaine auparavant, une fillette a été
retrouvée éventrée et suspendue à un mur. Les témoignages se succédant à la
suite de ces deux incidents, font état de l'apparition d'un être surnaturel qui
serait à l'origine de ces atrocités.


Aujourd'hui, tout le monde est
réuni dans la grande place de la ville,
à la demande du maire, pour s'enquérir des dernières nouvelles et tenter de
lever la malédiction qui s'est abattue sur leur cité. La foule est inquiète, la
peur est apparente sur tous les visages et se lit dans tous les yeux, les
regards sont ahuris et les paupières parviennent à peine à s'ouvrir à cause de
la fatigue et du manque de sommeil. Un silence religieux règne sur la
place. Le maire et le chef de la police arrivent avec l'escorte; Le premier
magistrat de la ville monte sur l'estrade, s'efforce de sourire et semble
chercher les mots pour rassurer ses concitoyens. Et avant même qu'il n’esquisse
un mot, un homme, apparemment très en colère, sort de la foule:


-Monsieur le maire, moi, représentant des commerçants et industriels de la
ville, vous demande instamment de trouver une solution rapide à cette situation.
Nos commerces et nos affaires ont assez soufferts comme ça!


Le maire, en dépit
de la difficulté de gérer la situation, tente d'articuler quelques mots pour
calmer les esprits, mais une autre voix s'élève:


- Moi, monsieur le maire, je parle au nom des cadres de cette ville. Sachez que la première
victime de l'horrible créature est la fille d'un de nos collègues. Il est clair,
donc, que nous sommes les premiers visés, et nous estimons plus que tous, que nous
sommes en droit de demander la protection.


Un troisième homme enchaîne:


-Il semblerait que certains concitoyens occultent le fait que l'homme qui a
subi la plus effroyable des morts est un vagabond. Je n'ai
pas besoin, donc, de prouver que les plus vulnérables d'entre tous sont les pauvres, les démunis, les SDF.


Le
maire, qui ne sait quoi dire ni quoi faire, observe un long silence avant qu'un
autre homme d'un certain age n'intervienne timidement:


-Permettez-moi de dire un mot, monsieur le maire.


-Allez-y, je vous en prie.


-Voilà! Il y a quelques mois, je me suis installé
dans ma nouvelle demeure sise rue des jasmins. C'est un quartier calme et
paisible, comme vous le savez, et dont les habitants sont, en majorité, de
vieilles personnes à la retraite. J'avoue, d'ailleurs que je m'y plais
beaucoup. Seulement, mon attention a été très vite attirée par la maison d'en
face. C'est une charmante petite villa, à l'ancienne mode, au milieu d'un
jardin fleuri entouré d'une barrière de fer forgé. Les allées qui séparent les
carrés du jardin sont conçues avec une
telle minutie et un tel savoir-faire qu'on est vite amené à penser que ce
serait l'œuvre d'un éminent artiste. Cette petite merveille n'inspire,
certes, pas la richesse mais renseigne,
ô combien, sur la finesse et l'élégance de ses propriétaires. Cependant une
profonde tristesse s'en dégage. Ses portes et ses fenêtres sont fermées de jour comme de nuit, et l'on a
l'impression qu'elle est inhabitée si ce n'est la faible lumière qui transperce
les fentes de la fenêtre pendant une partie de la nuit et qui donne une
certaine animation au jardin qui aurait pu être beaucoup plus gai. Jusque là
tout parait ordinaire, monsieur le maire. Mais une fois, il a fait très chaud
la nuit; j'ai eu soif, j’ai quitté mon lit pour aller me désaltérer. En arrivant devant la fenêtre
de la cuisine qui donnait directement sur la porte de la petite maison d'en
face, j'ai aperçu par hasard, un homme
qui sortait et refermait tranquillement la porte, puis disparaissait dans l'obscurité
de la nuit. Je n'ai pas eu le temps d'entrevoir les traits de son visage, néanmoins, je peux vous affirmer qu'il
avait une apparence tout à fait correcte, et rien ne laissait supposer qu'il
s'agissait d'un malfaiteur. J'ai regardé la pendule suspendue au mur de la
cuisine avant de revenir au lit; il était minuit exact. Le lendemain, j'ai
aperçu le même homme qui sortait de la maison à la même heure ; puis le
même scénario s'est répété toutes les nuits suivantes; j'ai compris alors que
çà ne pouvait être que le propriétaire, mais quelques interrogations
persistaient dans mon esprit: pourquoi cet homme n'apparaît-il pas pendant la
journée? Pourquoi sort-il à cette heure de la nuit? Serait- il un éboueur, ou
peut-être un cheminot, ou encore un veilleur de nuit? Bref, çà ne me concernait
pas. Mais j'ai commencé à avoir des soupçons le jour où personne dans la ville
n'ose sortir de chez lui la nuit alors que notre homme n'a rien changé de ses
habitudes. Permettez- moi, monsieur le maire, de vous dire que, sans nulle
intention de m'ingérer dans la vie privée des autres, il me semble que le
comportement de mon voisin est pour le moins soupçonneux, et mon devoir de
citoyen m'incite à vous en faire part.


Le
maire semble, à présent, satisfait par le civisme dont a fait preuve ce citoyen; il
demande si l'homme en question est présent dans la foule.


- S’il avait été là, monsieur le maire, je ne me
serais peut-être pas autant inquiété. Je le recherchais justement depuis tout à
l’heure, et je peux vous assurer qu’il est absent à
notre réunion.





Le
maire ordonne alors qu'on aille chercher le suspect.


En
arrivant devant la petite maison, les policiers ne remarquent rien d'anormal;
le jardin est même bien entretenu, mais toutes
les portes et toutes les fenêtres sont fermées, comme décrit par le voisin.
Un policier frappe à la porte; aucune réponse. On frappe une deuxième puis une
troisième fois, mais la maison semble déserte. Soudain, on entend le grincement
de la serrure et la porte s'ouvre lentement. Un homme, la soixantaine,
apparaît. Il a une apparence tout à fait ordinaire; il est même très bien habillé
et très bien coiffé; de son visage qui rappelle celui des vieux philosophes
pleins de sagesse, transparaît une certaine amitié pour ceux qui ne le
connaissent pas. Mais en examinant ce visage, on a tout de suite l'impression
que l’homme porte en lui toute la douleur du monde. Une profonde tristesse
semble l’habiter.


Le
sexagénaire est très embarrassé par cette descente ; il serait du genre à
ne pas apprécier les visites inopinées ; il reste derrière la porte entrouverte
à regarder, avec ahurissement, les hommes plantés au seuil de sa maison, sans
dire un mot, comme on regarde un phénomène.


-Voulez-vous nous suivre monsieur ?


-Mais où ?


- Le chef de la police demande à vous parler.


-Qui, moi ?


-Oui, vous.


L’homme
essaye de dissimuler la peur qui
s’empare tout d’un coup de lui, mais ses mains le trompent lorsque la panique
l’empêche de mettre la clé dans la serrure, et il a fallu l’aide d’un des
policiers pour réussir à fermer la porte.


Tout
au long du chemin, l’homme n’a pas cessé de froncer les sourcils et de mettre
sa main sur son front pour éviter la lumière du jour, comme quelqu’un qui sort
d’une caverne dans laquelle il a passé de longues années. Il n’a pas cessé non
plus de se retourner comme s’il était poursuivi par quelque bête malfaisante.


Le
chef de la police a eu l’occasion de rencontrer, durant sa carrière, des
criminels mais aussi des innocents qui ont peur une fois dans les bureaux de la
police, mais une telle angoisse, il n’en
a jamais vue. L’interrogatoire n’a pas encore commencé et l’homme a déjà l’air
de quelqu’un qui va passer à la potence. Il est comme assommé et tremble de
tout son corps. Le policier doute que cet homme puisse avoir un quelconque lien
avec l’ombre de la nuit mais l’interroge quand –même dans l’espoir d’en tirer
des informations qui pourraient lui servir dans son enquête :


-Votre nom ?


-Sadek makhfi.


-C’est vous le propriétaire de cette maison ?


-Oui monsieur.


-Et vous y habitez seul ?


-Oui monsieur.


-Pourquoi
vos portes et fenêtres sont toujours fermées ?


-C’est interdit par la loi monsieur ?


-Contentez-vous de répondre.


-C’est que je préfère l’obscurité.


-Vous aimez l’obscurité !


-Je n’ai pas dit que je l’aimais mais que je la
préférais.


-La préférer à quoi ?


-Je préfère ne rien voir plutôt que de voir ce qui
se passe dehors.


-Et qu’est-ce qui se passe dehors ?


-Tout ce qui se passe dans la rue me déplait, me
fait peur.


-Et ce qui se passe la nuit, çà vous plait ? Çà
ne vous fait pas peur ?


- Ceux qui me font peur, moi, ont un visage plein de
haine, un regard plein d’hostilité, des actes pleins de nuisance. La nuit, je ne les vois pas ; ils
dorment et le monde s’en débarrasse ; la rue retrouve momentanément la
paix. Voilà pourquoi je préfère la nuit.


-Et vous avez entendu parler de cette ombre qui
circule la nuit dans la rue ?


-Oui monsieur.


-Et vous ne la craignez pas ?


-Les ombres n’ont pas de visage ; ils n’ont
pas de regard. Je crains plutôt les hommes et pas leur ombre.


-Et comment savez-vous que c’est l’ombre d’un
homme ?


-Parce que c’est la mienne. Certains ont vu mon
ombre sur le mur et ont eu peur. Pourtant ni moi ni mon ombre n’avons fait de
mal à personne. Ecoutez- moi monsieur. Je vous ai cédé mes journées,
laissez-moi au moins vivre mes nuits.


-Et qui a donc commis les deux crimes crapuleux si
ce n’est pas l’ombre de la nuit ?


-Le criminel, allez plutôt le chercher dans la foule réunie dans la place de votre ville.


Le
commissaire, soupçonnant des troubles de la personnalité chez l'homme, fait
venir sur le champ le docteur Belaïd, l'éminent psychiatre de la ville.
Celui-ci, à la demande du chef de la police, soumet Makhfi à une longue séance
de psychanalyse au bout de laquelle il rédige un rapport sur l'état
psychologique de l'homme. Il remet le rapport au commissaire qui, à son tour
convoque son conseil pour l'étudier.


La nuit est longue et la discussion n'en finit
pas. Ce n'est qu'au petit matin que le maire se fait rendre compte du contenu
du rapport de police qui aboutit à la conclusion que monsieur Sadek Makhfi présente
un cas très rare de schizophrénie qui pourrait avoir un lien avec les crimes
perpétrés dans la ville. Et voici le contenu du rapport:


"
Il est tout à fait clair que monsieur Makhfi Sadek est en conflit aigu avec la
société. Il évite, en effet, le contact avec les gens et n'a ni famille ni
amis. Il s'est même exilé, depuis très longtemps, dans sa propre demeure
évitant la lumière du jour. La solitude, l'obscurité et la monotonie qu'il s'est
imposées pendant de longues années ont eu des effets destructeurs sur son
équilibre mental: ne voyant personne, ne parlant à personne, ne sentant aucune présence humaine, le genre humain est
devenu étranger pour lui, et plus sa solitude a duré, plus la distance qui le
sépare de l'espèce humaine s'est élargie et sa peur des hommes s'est accentuée.


Par
ailleurs, la lumière du jour ne peut que faire du bien au mental des hommes, et
son absence a engendré une sorte de psychose chez Makhfi qui pourrait se
traduire par des comportements aussi agressifs qu'inattendus. Les débris de
vaisselle cassée dans la poubelle de l'homme viennent conforter cette thèse en
dépit de l'ordre infini qui règne dans la maison de l'accusé, ce qui explique
un dédoublement de la personnalité chez celui-ci. Ce serait un homme, propre,
civilisé, amoureux de la perfection qui porte un regard tout à fait négatif et
accusateur sur la vie des hommes provoquant chez lui une révolte, pis encore,
une haine à leur égard allant même jusqu'à espérer leur disparition. Ce serait
donc lui qui, ayant peur des hommes et ne supportant pas leur présence, se
retranche chez lui pendant la journée, et qui, à la tombée de chaque nuit, se
métamorphose en un horrible monstre assoiffé de sang, animé par un sentiment de
vengeance à l'égard de toute l’espèce humaine sans distinction d'age ni de sexe
ni de rang social."


-
Et vous
l'avez arrêté bien sûr?


-
Non
monsieur le maire, je n'ai aucune preuve pour l'inculper.








15/7/2007
* "Sadek" veut dire en arabe " qui dit la vérité"



* "Makhfi" veut dire "invisible".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Je me présente   Sam 18 Avr - 10:04

... Alors, la question reste posée.

À première vue, rien ne me laisse penser que Sadek Makhfi est coupable de quoi que ce soit. Mais par contre, ce que je comprends, c'est que dans ton histoire comme dans la vraie vie, par définition, une personne différentes des autres se doit d'être un coupable idéal... Quant aux expertises des spy quelque chose (chologues, chiatres, chanalistes, etc.), elles racontent bien que ce qu'elles veulent et se trompent aussi souvent qu'elles ont raison. Après tout, elles ont une chance sur deux d'étudier un coupable qu'un innocent, donc, une fois sur deux, elles donnent de bons résultats et une fois sur deux, c'est la cata la plus complète. Excusez-moi, ce n'est que mon opinion que j'émets là, mais c'est ce que je pense sincèrement pour avoir vu suffisament de catastrophes commises par ces soi-disant expertises.

Ton texte est très bon Zoh, parce qu'il amène ton lecteur a se poser plein de question. La preuve ci-dessus.

Pourquoi ne nous rejoins-tu pas également dans le topic du "Blabla infernal" Zoh ? On y parle de tout et de rien, juste pour le plaisir de partager trois mots et d'entretenir l'amitié. D'ailleurs tu es accueilli à bras ouvert sur tous les topics de ce forum, et pas seulement sur le tien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je me présente   Aujourd'hui à 22:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Je me présente
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Que représente la photo pour vous?
» Que représente la lecture pour vous ? Sondage sans QCM.
» Exposition sur le thème de Mickey : dite ce que Mickey représente pour vous, pour l'élaboration d'une création graphique
» Grzegorz Rosinski et Yves Sente - Moi Jolan - Thorgal T30
» Napoléon (collection Jacques Martin présente)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lampe de Chevet :: LES PETITS MOTS :: • Présentation-
Sauter vers: