La lampe de Chevet

Les auteurs parlent entre eux, infos et jeux littéraires.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Problème, Madame ou madame ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Admin


Nombre de messages : 691
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Problème, Madame ou madame ?   Mar 12 Avr - 16:27



Bonjour,

Est-ce que quelqu'un parmi vous connaît la règle des majuscules et des minuscules concernant madame, monsieur etc...

J'ai regardé sur Internet mais là il se dit tout et n'importe quoi et cela n'est pas sur mes livres de référence.

Je sais que lorsqu'il ya le patronyme qui suit il faut mettre une majuscule. par exemple : Monsieur Dupont. Ou lorsque on donne un rang comme : J'ai vu Madame la Marquise.

Mais quand est-il des : "Chère madame, ou chère Madame ?

Bien, Madame, vous me me faîtes plaisir. Ou bien : Bien, madame, vous me faîtes plaisir.

Je vous salue Messieurs Dames ou je vous salue messieurs dames.

Je voudrais, Madame, que vous alliez chercher les enfants à l'école
ou bien, je voudrais, madame, que vous alliez.....

et...

Merci pour vos conseils.






_________________
S'il ne se passe rien, écris pour le dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lampe-de-chevet.aforumfree.com
sylvain.le.braz
Peu connu
Peu connu


Nombre de messages : 129
Age : 35
Localisation : Brest
Date d'inscription : 12/01/2011

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Mar 12 Avr - 21:47

marie ( Marie ), j'ai trouvé cela sur wikipédia mais en effet, çà a l'air assez complexe
je fais quand même un copier-coller, au cas où tu n'aurais pas vu cette page :

" Les règles pour les mots madame, mademoiselle et monsieur sont complexes. Historiquement, l'usage de la majuscule était destiné à marquer dans le discours direct la déférence vis-à-vis de son interlocuteur. Jean-Charles de Laveaux indique en 1846 dans son Dictionnaire raisonné des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française :

« Quand on adresse la parole à une personne ou à un être quelconque, le nom qui désigne cette personne ou cet être, fût-il appellatif, doit avoir une majuscule. C'est par la même raison qu'on écrit avec une majuscule Monseigneur, Monsieur, Madame, Mademoiselle en adressant la parole aux personnes. Hors ce cas, on n'emploie point la majuscule et on écrit « j'ai remis votre lettre à monsieur, à madame, à sa majesté. » […] Nous convenons que, quand les majuscules sont nécessaires pour prévenir une équivoque, on fait fort bien de les employer ; mais nous pensons qu'excepté ces cas, qui n'ont lieu que dans un très petit nombre de mots et ceux où les lettres sont prescrites par un usage uniforme et constant, on fait fort bien de les supprimer, et qu'il n'y a rien dans cette suppression qui puisse révolter la raison »[32].

De même pour Caspar Hirzel dans sa Grammaire pratique française (1869) :

« On écrit avec une lettre majuscule les mots Monseigneur, Monsieur, Madame, Mademoiselle quand on les adresse à une personne. Par exemple : « Je vous prie, Monsieur, de communiquer cela à vos amis. » On traite de même les titres de Majesté, Altesse, Excellence, Grandeur et autres semblants. Mais on écrira : « Remettez cette lettre à monsieur R. ». »[33]

Ces principes sont repris par Émile Littré dans son dictionnaire[34].

Cet usage s'est peu à peu perdu dans le temps, tant du fait de l'expansion éditoriale que de la généralisation des formes abrégées M., Mlleet Mme, toujours pourvues d'une majuscule. Ainsi, Grevisse écrit dans Le Bon Usage :

« Quand on s'adresse à une personne par écrit, on met ordinairement la majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, Monseigneur, Maître, Docteur, Sire et aux noms des dignités, titres, fonctions. Lorsqu'on reproduit par écrit des paroles prononcées, l'usage est assez flottant, mais la minuscule l'emporte. Monsieur, Madame, Mademoiselle, Monseigneur s'écrivent souvent avec une majuscule à propos de personnes dont on parle, surtout si on croit leur devoir de la déférence et quand les mots ne sont pas suivis du nom propre. »[35]

Albert Doppagne reste tout aussi prudent :

« Quand il s'agit d'un supérieur ou d'une personne que l’on désire honorer, l'usage recommande d'user de la majuscule pour le terme qui exprime la qualité de cette personne dans les textes qui lui sont adressés. Pour certains termes (monsieur, madame, docteur, maître) la question se double du problème de l'abréviation. Vous choisirez d'écrire « Cher Monsieur » ou « Cher monsieur » selon que vous voulez honorer plus ou moins votre correspondant. Signalons cependant que l'usage de la majuscule se généralise pour éviter que la minuscule ne soit interprétée comme une marque de mépris. Quand on parle d'un tiers, on reste parfaitement libre : « J'ai vu monsieur Dubois » ou « J'ai vu Monsieur Dubois ». Une troisième possibilité s'offre à nous et elle réunit la majorité des suffrages : « J'ai vu M. Dubois ». »[36]

Tout en reconnaissant qu'« il ne s'agit pas toujours d'une règle figée et son usage, comme celui de la langue en général, évolue. Cet usage est même parfois flottant, et les codes typographiques eux-mêmes divergent sur bien des points »[37] ; de nombreux grammairiens préconisent l'usage modéré de la majuscule afin de préserver cette notion de déférence[38], ce que Doppagne résume ainsi :

« Que la publicité abuse de la majuscule, rien de plus facile à comprendre : le procédé est vraiment peu coûteux. En outre, il est insidieux. C'est une publicité indirecte, excellente. Dans les rapports entre les hommes, on devine ce que la majuscule peut apporter : d'un homme, elle fera un seigneur ! Le simple monsieur devient de plus en plus Monsieur, titre, à l'origine, réservé au frère du roi ! […] De détail graphique qu'elle était au départ, la majuscule devient un élément important dont on note les répercussions tant dans le domaine économique que dans les relations sociales. Mais on peut voir aussi où conduit l'abus de la majuscule : multipliée sans raison, elle perd fatalement de son pouvoir ; elle voulait apporter de la clarté, elle risque de provoquer la confusion ; son emploi était rationnel, il devient ridicule. Mettre la majuscule à tous les mots équivaut à se passer de ses services : autant vaudrait la supprimer, ce que font certains. Et il ne faut pas chercher très loin pour trouver des illustrations de ces deux tendances. La majuscule apparaît donc comme une aide précieuse dont il ne faut pas abuser et qu'il ne faut pas négliger. La prodiguer émousse sa valeur ; l'ignorer paralyse l'expression. De là l'importance de son emploi judicieux. »[39]

Règle générale[modifier]

Dans le texte courant, les mots madame, mademoiselle et monsieur s’abrègent généralement lorsqu'ils sont suivis d'un nom de personne ou de qualité[40] en Mme, Mlleet M., et au pluriel en Mmes, Mlles et MM.

Albert Doppagne précise que « l'abréviation est permise et tout à fait courante quand on parle d'un tiers, mais elle est absolument proscrite pour désigner le destinataire du message : « Cher M. Dubois » pourrait être ressenti comme grossier ou tout au moins impoli. Une tradition de politesse estime que, dans un texte suivi, madame ou mademoiselle ne s'abrègent pas »[41]. Les abréviations Mr et Mrs pour monsieur et messieurs[42], utilisées jusqu'au milieu du XIXe siècle, sont généralement considérées aujourd'hui comme fautives[43].

Lorsqu'ils sont écrits au long (c'est-à-dire en entier), le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale préconise la majuscule lorsque :

* ils constituent un titre honorifique consacré par l'Histoire :

« Madame Mère » ;
« Monsieur, frère du roi ».

* ils constituent le premier mot d'un titre d'ouvrage :

« En 1857, paraissait Madame Bovary. ». On écrira toutefois « La Soirée avec M. Edmond Teste de Paul Valéry ».

Il préconise la minuscule lorsque :

* les mots sont inclus « dans le corps d'une lettre, d'une circulaire, de faire-part divers ou d'autres formules de correspondance » :

« Veuillez agréer, monsieur, l'expression… ».

* on emploie la forme de politesse à la troisième personne (et plus généralement quand on s'adresse à la personne) :

« Non madame, monsieur n'est pas encore rentré. » ;
« Je vous écoute, madame. »

En revanche, le Guide du typographe romand préconise la majuscule dans ces mêmes cas :

« Veuillez agréer, Madame, l'assurance… » ;
« J'ai l'honneur d'annoncer à Monsieur que le carrosse de Monsieur est avancé. »

Dans les autres cas, ces mots prennent une minuscule, notamment lorsque :

* ils sont utilisés comme noms communs :

« C'est un vilain monsieur. »[44]

* on s'adresse à la personne dans un dialogue :

« D'ailleurs, mademoiselle Marie, je prescris à Mme Richard quelques jours de repos complet à la montagne. »[45] (où l'on peut noter l'abréviation dans le texte s'agissant de Mme Richard à qui le dialogue ne s'adresse pas). "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliothequeducenacle.drupalgardens.com/interviews
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2261
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Mar 12 Avr - 22:24

Eh bé ! Bon courage pour vous y retrouver, les z'amis ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Marie
Admin


Nombre de messages : 691
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Mer 13 Avr - 11:54




Merci Sylvain,

Mais c'est vrai que ce n'est pas facile de s'y retrouver. affraid Bon, je vais retenir qu'il faut une majuscule quand on s'adresse à une personne et une minuscule dans les autres cas.



_________________
S'il ne se passe rien, écris pour le dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lampe-de-chevet.aforumfree.com
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3252
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Mer 13 Avr - 13:28

Oui Mariette, c'est ce que je fais déjà.

Merci Sylvain pour toutes ces infos très intéressantes ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Elena
Prix régional


Nombre de messages : 448
Age : 72
Localisation : Poitou
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Jeu 21 Avr - 7:16

J'ai demandé à une secrétaire de direction qui m'a dit que Madame avec majuiscule c'est pour une lettre quand tu débutes ou pendant les salutations enfin avant un nom propre et c'est tout ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elenagt.free.fr/site-ecriture/index.htm
Marie
Admin


Nombre de messages : 691
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Jeu 21 Avr - 11:17



Merci Eléna Very Happy

_________________
S'il ne se passe rien, écris pour le dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-lampe-de-chevet.aforumfree.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Problème, Madame ou madame ?   Aujourd'hui à 22:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Problème, Madame ou madame ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème, Madame ou madame ?
» [collection] Pour vous Madame (Atlantic)
» Ah l'amour de madame chantilly
» MADAME BOVARY de Gustave Flaubert
» Les larmes de"Madame Meilland"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lampe de Chevet :: LITTERATURE :: • J’ai besoin d’aide !-
Sauter vers: