La lampe de Chevet

Les auteurs parlent entre eux, infos et jeux littéraires.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques Grieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3257
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 14:05

Laughing C'est qui Tante Marie, Claudy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2265
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 16:11

Je dois confondre Vedette et Plizz... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Babou
Célébrité
Célébrité


Nombre de messages : 1401
Age : 54
Localisation : Correns, VAR
Date d'inscription : 08/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 16:35

Laughing Vous êtes trop drôles, les filles !!! Laughing

Celle qui disait : " C'est ben vrrrrrai ça !" c'était la Mère Denis !!! lol!

Ici, je pense que Claudy faisait un petit Wink à notre Marie nationnale !!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3257
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 20:15

J'avais bien reconnu l'accent de la Mère Denis pris par Camylène Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2265
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 20:16

Ah ! mais c'est bien sûr !!!! Merci, Babou ! Je me disais bien qu'elle ne s'appelait pas Marie ! Very Happy En attendant, on est en train de pourir le topic de JC ! lol! Pardon, pardon, JC ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Camylène
Prix Fémina


Nombre de messages : 2265
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 20:17

Je t'ai vue trop tard, Corynn !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marlene.manuel.free.fr
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3257
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 20:24

Oui, c'est vrai, pardon Fayejc !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Machin
Amateur
Amateur


Nombre de messages : 83
Age : 73
Localisation : Valleraugue en Cévennes
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 21:08

Comme je ne suis pas dans l'intimité des nymphettes de la Lampe de Chevet je me contentais de sourire en vous lisant.

Moi, j'ai conclu autrement mais je ne dirai pas !

Je vous ferai remarquer que Grieu ne rime pas avec Bla Bla; il faudra améliorer votre technique poétique.

J'aurais bien vu : torrentueux, spiritueux, majestueux ou mieux : galipoteux, quinteux, clarteux, vireux, soporeux, ichoreux... Ceci écrit, passez une bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sitefayejc.fr/
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3257
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mar 7 Déc - 22:06

Toi aussi ! Bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
claudy
Grand écrivain
Grand écrivain


Nombre de messages : 833
Age : 77
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 9:20

Excuse moi, Jean Claude, mais je viens encore polluer ton topic mais elles ont tout faux, les filles ! affraid

Je ne sais pas si la " mère denis " parlait exactement comme " tante Marie " mais il y avait juste une résurgence de souvenirs à la réponse de Camylène, lol!
Tante Marie était la tante de Willy ( pour celles qui en ont entendu parler ! ) et elle habitait dans le Loiret plus précisément à Donnery, si Maddy connait ? Nous y allions souvent et bien sûr son parler était à nul autre pareil ! lol!

Quant à Babou, rien à voir avec Marie C lol!

Bisous , rien qu'à toi JC, pour me faire pardonner d'avoir encore pollué ton " espace vital " lol! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-ciel-et-plume.chez-alice.fr
Babou
Célébrité
Célébrité


Nombre de messages : 1401
Age : 54
Localisation : Correns, VAR
Date d'inscription : 08/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 9:47

Embarassed Honte à moi, qui ai pourtant lu tous tes livres, ma Claudy !!! Embarassed
Pour ma défense, je dirais :
- que je ne pense pas forcément à la situation géographique, lorsque je parle de l'un(e) de nous ... Wink
- qu'il a autour de moi autant de Marie que de dreadlocks sur la tête de Bob Marley !!! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machin
Amateur
Amateur


Nombre de messages : 83
Age : 73
Localisation : Valleraugue en Cévennes
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 12:44

Bonjour pipelettes,

Je vais vous mettre d'accord. J'ai vécu à Amilly, dans le Loiret, où j'ai toujours une fermette. Je n'ai jamais entendu parler de cette mère machin et en plus avec cet accent !!!! Si, à la télévision, lorsque je la regardais encore! C'est une très vieille histoire. Vous n'allez pas me faire croire que Mathusalem (au féminin) est parmi vous ?

Au cas où vous l'auriez oublié, il faut toujours, toujours, savoir où se situer le nord ! (Le nord est indiqué par la face la plus chaudement habillée d'une personne)bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sitefayejc.fr/
Machin
Amateur
Amateur


Nombre de messages : 83
Age : 73
Localisation : Valleraugue en Cévennes
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 12:46

J'ai oublié de préciser que je suis sensible aux bisous mais pas trop, ça gâte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sitefayejc.fr/
Corynn
Prix Goncourt


Nombre de messages : 3257
Age : 52
Localisation : Gascogne & Bretagne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 14:20

Pour savoir qui est Willy, et donc sa tante, Fayejc, il ne faut pas allumer la TV (comme pour la mère Denis), mais lire les livres de notre Claudy.

J'ai adoré lire les dreadlocks de Babou et la face nord plus chaudement habillée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.taolenn.com/Artistes/CorynnThymeur/CorynnThymeur.htm
Maddy
Célébrité
Célébrité


Nombre de messages : 1164
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 8 Déc - 19:34

claudy a écrit:
Tante Marie était la tante de Willy ( pour celles qui en ont entendu parler ! ) et elle habitait dans le Loiret plus précisément à Donnery, si Maddy connait ? Nous y allions souvent et bien sûr son parler était à nul autre pareil !
Effectivement, je connais Donnery, Claudy : c'est une commune juste à côté de la mienne !
Et je connais également des personnes qui parlent ainsi, mais pas sur l'orléanais, plus au coeur de la Beauce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machin
Amateur
Amateur


Nombre de messages : 83
Age : 73
Localisation : Valleraugue en Cévennes
Date d'inscription : 10/12/2009

MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Mer 16 Fév - 21:24

Bonsoir Mesdames,

L'inlassable et talentueux Jacques Grieu vous propose ceci, avec un préambule :

A quoi tiennent les bienfaits qui bercent l'humanité !
Pascal, sans son tonneau serait discrédité.
Archimède, sans baignoire, n'eut pu plonger ses corps.
Et Pavlov, sans son chien, aurait toujours en tort.
Rostand, qu'aurait-il fait, sans son gentil crapaud ?
Et Kreutzfeld sans Jacob aurait eu l'air d'un sot !
Ces hautes évidences, pour bien les éprouver,
C'est la tiédeur du bain, qui me fait les soulever Š

(Je ne suis pas certain qu'il s'agisse de Pascal, dans le tonneau !)

Jacques Grieu

Voici donc (couvrez-vous bien) la TEMPETE D'ARCHIMEDE


CLAPOTIS
LA TEMPETE D’ARCHIMEDE

L’eau sera, nous dit-on, le pétrole de l’avenir.
Comme, moi, je la vénère, voila pour me réjouir.
Certains individus, ne jurent que par les douches.
Mes bains de sybarite leur font faire la fine bouche.
Enfin, des paresseux, détestent l’humidité !
Pour ma part, la baignoire, c’est la félicité,
Là où tout est beauté, luxe, calme et volupté.
L’extase savonneuse est ma finalité.
Mon vieil ami Etienne a beau me mettre en garde :
Ça fatiguerait le cœur pour peu qu’on s’y attarde.

Mais si on a un cœur, c’est bien fait pour servir !
Le bridge ou les échecs ne peuvent guère l’entretenir,
Ni remplacer le golf ou la physique culture,
Non plus les coups de foudre, le souffle, les courbatures !
Etienne n’y connaît rien : normal, il est médecin.
Il a donc des excuses, il est même chirurgien.
Mes rêveries trop subtiles , il n’y peut rien entendre ;
Déjà que pour moi-même, j’hésite à me comprendre …
Je barbote, les yeux clos, écoutant Debussy,
Dont les Nuées et la Mer évaporent mes soucis.

A la pendule étanche de ma belle salle de bains,
Il est juste neuf heures cinq. Je rêve d’alexandrins …
Le bain, à Archimède, fut la pomme à Newton,
Le microbe à Pasteur ou la faute à personne.
Est-ce la tenue d’Adam ? La tiédeur ? L'immersion ?
Macérer, hausse l’esprit vers de sublimes questions,
Comme celles qui tourmentent l’homme depuis la nuit des temps,
Avant même Aristote, Kierkegaard ou Mitterrand …

Archimède l’avait dit : Tout corps en perdition,
Plongé dans un liquide, obtient satisfaction.
Je cherche le savon, noyé dans les grands fonds,
Les algues et les dauphins, les crabes , les espadons …
Dans mon dos, ça chatouille : serait-ce une méduse ?
Ou une étoile de mer qui peut-être s’amuse ?
Température ? Ambiante ! Je n’ai nul thermomètre !
Pas plus que d’hygromètre. Ni surtout d’altimètre,
Qui pourrait me fixer sur mes hauteurs de vue.
De même, un marémètre eut été le bienvenu
Pour savoir si la mer n’est pas en plein jusant ;
Se retrouver au sec serait réfrigérant …
Me contempler échoué au milieu de l’estran,
Aurait été un drame aux effets térébrants.
Quant à mon manomètre, son manque est un supplice :
Comment, des profondeurs, mesurer les abysses ?

Sur le cadran tout rond : déjà neuf heures vingt six !
Des longueurs de baignoire j’ai bien dû en faire dix.
Je hais cette pendule avec son cadran noir,
Dont les sales aiguilles rouges sont vicieuses, vexatoires.
Hygromètrie ? Je lâche … quatre vingt trois pour cent !
Il faut bien se … mouiller même si c’est agaçant.
Combien de purs génies, aux bains doivent leurs trésors !
Archimède : c’est connu : tout liquide, dans un corps,
Plongé de haut en bas … Son Grand Principe est là…
Quand on pense que sans bain, c’était l’anonymat !

Petit rajout d’eau chaude, soigneusement instillé.
Pour l’idéale tiédeur, parfaitement installer.
Le confort optimum est affaire de technique,
Et ne peut s’acquérir qu’avec une longue pratique.
Je suis sûr qu’Archimède maîtrisait bien les doses,
Même si ses robinets, maniés en virtuose,
Se réglaient par esclaves déversant leurs potions,
Et criant « eureka ! » , lors de ses inventions.
Moi, moderne Rousseau, je médite et m’affaire
Sur les géniales Rêveries du Baigneur Solitaire.

Neuf heures cinquante minutes à cette affreuse toquante
Qui malgré les embruns, reste étanche, même ruisselante.
Le temps va se gâter. Sans aucun baromètre,
Ce léger zéphyr d’ouest, me fait vous le promettre.
Le bain, quelle volupté ! Quelle détente idéale !
Car y philosopher est ma drogue vitale.
Mais si c’était aussi, au fond de sa baignoire,
Que notre grand Einstein, de cet observatoire,
Relativisait tant qu’il en fit « mc2 » ,
Tout en faisant la planche dans le clapot moelleux ?
Einstein, grand séducteur, cela dit en passant ;
Enjôlait toutes ces dames , sa formule brandissant …
Ma serviette suspendue semble flotter un peu :
La tramontane se lève ; mais rien de très nuageux.
Sans craindre aucun requin, je peux me rendormir,
En rêvant de Platon dont les pensées m’inspirent.

Dix heures et douze minutes : pourquoi comme une offrande,
Tient-elle à donner l’heure que nul ne lui demande,
Cette montre (toujours étanche) qui trouble ma quiétude ?
Pour me rappeler du monde les dures vicissitudes ?
Hygromètrie probable ? Il faut que je me lance :
J’opte pour cent pour cent, avec munificence.
Température de l’eau : j’hésite. Suis apeuré.
Car soudain, la mer monte. Seraient-ce des grandes marées ?
Je vais rentrer au port, aisément, vent en poupe.
Au largue, tribord-amure en barrant ma chaloupe.
Mais que vois-je à bâbord, à trois heures sous le vent ?
Serait-ce un gros iceberg, une épave, un chaland ?
Ce n’est que la digue nord, et le port et le quai ! J’aurais pu avoir peur ! Mais ne fut guère qu’inquiet.

Il est onze heures moins vingt. Hygromètrie ? Cent dix !
Le vent va forcissant : vingt cinq nœuds …Ou vingt six.
Le baromètre baisse, lâche ses hecto-pascals,
Je vais perdre mes serviettes au plus fort des rafales …
Et ce savon obtus qui, perdu corps et biens,
Refuse tout renflouement et joue les sous-marins !
Mon instinct de marin, une dépression m’annonce …
D’ailleurs, la marée monte en guise de semonce.
Ça va gîter très fort, restez bien vigilants ;
Mais je tiens bon la barre, et réciproquement.
Va falloir prendre un ris, comme disait Gallieni
Aux taxis de la Marne légèrement ébaubis.
Comment, aux temps jadis, faisait-on sans baignoires ?
Etait-ce trop indécent ou superfétatoire ?
Le bain, chez nos ancêtres, n’était que pour palaces ;
La baignoire de Louis XV était une à trois places …
Les Jacob-Delafon, on n’en trouvait pas tant ;
Chacun, dans son baquet trempait trois fois par an.

Onze heures treize ! Porte-bonheur ??? Cette question, primordiale,
Mérite d’être posée en cet instant crucial !
Et même débattue ! Sans doute pas la réponse,
Car personne n’est capable d’en amorcer une once.
Hygrométrie : cent douze ! A cent treize, tout explose ;
La température baisse : au rhume, je m’expose.
Tout le monde se défile dès que la mer se forme ;
Même dans la marine, on ne trouve plus un homme !
A force 9 Beaufort, c’est là qu’on voit les durs,
Mais quand on frôle les 11, il ne reste que les purs.

Il est midi moins dix ! Et je me liquéfie.
Je fonds, je suis fondu, je sors, je suis sorti.
La prudence l’exige ; c’est comme si c’était fait.
Mais l’effort, surhumain, me laisse insatisfait.

Midi pile. Suis transi. Ne voit nul ours blanc.
La banquise est tranquille : quelques phoques innocents …
Je m’essuie, réfléchis et puis sans préambule,
Balance vers les grands fonds cette affreuse pendule.

Droits réservés
Jacques Grieu

Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sitefayejc.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques Grieu   Aujourd'hui à 10:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Grieu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jacques Grieu
» Cake au crabe, à la St-Jacques et au poireau
» Noix de Saint-Jacques à la vanille
» Jacques Rogy - Pierre Lamblin
» [Tallote, Jacques] Alberg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La lampe de Chevet :: LITTERATURE :: • Vos Lectures de romans, Recueils de nouvelles et de Poésies-
Sauter vers: